Michael Gregorio, jeune imitateur de 28 ans, commence à être sacrément connu en raison de son incroyable talent vocal, mais également grâce à la qualité de ses prestations scéniques.

J’ai eu la chance d’assister à son spectacle en octobre 2011 au Zénith de Caen ; comme ce blog n’existait encore, je n’ai pas eu le loisir de faire un billet à l’époque mais le visionnage du spectacle à la TV m’a incité à combler ce manque.

Jusqu’à peu, Michael Gregorio c’était simplement pour moi le petit jeune qui imitait (super bien) la guitare électrique dont on pouvait trouver des vidéos sur Youtube.

Je l’ai vraiment découvert à l’occasion d’un épisode de l’Apéro du Captain dans lequel il était invité et a joué le jeu (pas si évident pour les non initiés…). Ne regardant quasiment pas la télévision, ou en tout cas pas les émissions de variété, je vais peut être écrire une idiotie mais il ne me semble pas qu’il fasse partie du microcosme des people et adeptes du star-system.

L’écoute de cette émission m’a donné l’envie de le découvrir un peu plus, d’abord grâce à Youtube puis, impressionné devant mon écran, en allant voir sa prestation en Live.

Et là …  Wooow la claque !

On est en permanence entre le spectacle et le concert, ce qui en tant que musicien amateur et amateur de musique m’a vraiment emballé.

D’ailleurs Michael est un élément (le principal, celui qu’on vient voir) parmi d’autres puisqu’il est entouré de nombreux musiciens qu’il aime mettre également sur le devant de la scène et qui participent au spectacle à part entière.

A cela s’ajoutent une mise en scène réussie et un humour qui fait mouche, et cela donne une prestation de grande qualité, pendant 2h30  tout de même !

Bien sûr, le point marquant du spectacle est capacité d’imitation et d’interprétation de Michael Gregorio qui laisse parfois le public bouche bée, qu’on apprécie ou non les artistes originaux : Johnny Halliday, Jean Jacques Goldman, Jacques Brel, Edith Piaf, Ray Charles, Paul Mc Cartney, etc…

Bien sûr, il ne maîtrise pas toutes les voix, mais dans ce cas-là, il compense par une réécriture des titres et transforme les chansons en une sorte de sketches musicaux qui au final font remarquablement illusion.

Donc même si c’est un plaisir de revoir ce spectacle en vidéo, on est loin de ce qu’on peut ressentir dans une salle de spectacle.

Comme je l’évoquais précédemment, il ne joue pas les divas, et est très accessible pour son public, en témoigne le temps qu’il lui consacre en fin de spectacle pour signer des autographes et échanger quelques mots (il est également proche de son public sur Twitter où il répond facilement aux sollicitations).


Il revient avec un nouveau spectacle et ça sera l'occasion de confirmer car la difficulté consiste désormais à se renouveler.