Ses sculptures, élaborées à partir de tubes et de films en plastique, de bouteilles et de cordes, se déplacent, mues par le vent.

Les créations qui se veulent des imitations du vivant, semblent inspirées par les arthropodes avec leurs nombreuses pattes ou les ailes constituées par les voiles.

Je ne comprends pas très bien comment ça marche, mais il semble que pour la sculpture Animaris, la voile sur le dessus capte le vent et ondule, l'énergie ainsi captée est stockée sous forme de pression dans les bouteilles qui la transmet aux pattes, permettant à l'ensemble de se déplacer.

Je trouve ça poétique ; ça ne sert à rien, juste à attirer l'œil et s'émerveiller devant les créations humaines.


  

Pour plus d’information :

Le site Strandbeest

Un billet de blog consacré à Théo Jansen et ses créations, très détaillé