Erwan Séguillon, dit R.wan, est le chanteur, auteur et compositeur du groupe Java que j’ai découvert il y a une dizaine d’années environ et dont les différents projets musicaux me plaisent beaucoup.

 

Java, c’est donc une sorte de rap-musette : une musique avec accordéon, contrebasse, quelques samples, le tout relevé d’un chant rap, avec des textes hyper travaillés, à base de jeux de mots permanents.

Ça ne signifie pas que ça soit pour autant de la musique comique mais plutôt humoristique, et satirique.

Ce qui caractérise le chant et le texte, c’est accent de titi parigot et l’argot utilisés, qu’on retrouve également dans ses projets suivants.

J’ai eu l’occasion de le voir Java du côté de Rouen il y a quelques années, c’était terrible, en première partie, il y avait un groupe de métal, mais finalement c’était durant Java que le public était le plus excité.

Idem lors d’une participation aux Solidays où ils avaient vraiment mis le feu.

Java a enregistré 3 albums: Hawaï, Safari croisière et Maudits français.

 

A partir de 2006, il se lance dans une carrière solo, en tant que R.wan, en parallèle de Java.

Ses albums utilisent des sonorités plus "modernes" que Java et nous embarquent à travers différents styles musicaux, comme si l’on passait d’une station de radio à l’autre (tel qu’on le faisait sur nos vieux autoradios en tournant le bouton de fréquences), en passant d’une musique rap à une création venue des Caraïbes ou encore à des atmosphères rétro.

Il a sorti 3 albums avec ce projet solo: Radio cortex, Radio cortex Volume 2,et Peau rouge

 

En 2014, il devient membre du Soviet Suprem, en tant que Silvester Staline aux côtés de Toma Feterman (de La Caravane Passe) alias John Lénine, accompagnés de DJ Croute Chef aux platines.

Dans ce nouveau projet, on trouve un esprit « Soviet-chic », un peu comme dans une uchronie dans laquelle l’URSS serait le truc hyper-tendance, rempli de faste et de fêtes, la Soviet Suprem Party, en sommes.

Et c’est ainsi qu’a été produit l’album L’Internationale.


 

Effectivement, comme le disait Didouille lorsque j’ai présenté ces projets dans l’épisode 11 de l’EntrePod, ça n’est pas sur la prouesse du chant (même si moi, j'aime beaucoup son flow, ça peut s’avérer répétitif, je le conçois si c’est l’originalité vocale que vous recherchez) que se situe l’intérêt des morceaux et des projets dans leur ensemble, mais bien dans l’univers et la manière qu’il a de filer les métaphores autour d’un même thème.

Et globalement, musicalement, c’est assez riche et varié pour y trouver quelque chose qui accroche l’oreille à un moment ou à un autre.

 

Quelques vidéos et une playlist de quelques morceaux :