Suite à notre épisode de l’Entrepod avec Cédric et Laurent Valentin, j’ai voulu me renseigner sur Alex Alice dont ils nous ont dit le plus grand bien. Je ne connaissais que le 3ème testament que j’avais beaucoup aimé déjà.

Je suis donc allé courant mars chez Funambules, et j’ai pris le premier Tome de Siegfried (très bon d’ailleurs, j’y reviendrai certainement dans un prochain billet).

C'est bien beau, mais pourquoi je vous raconte tout ça?
Au moment de régler mon achat, Pierre-Julien m’a alors parlé du nouveau projet d’Alex Alice, dénommé Le château des étoiles, prépublié en 3 parties sous forme de gazette en mai, juin et juillet 2014, une version cartonnée étant a priori prévue pour l’automne.

J’ai donc jeté un œil à l’affiche présentant le projet et cela m’a tout de suite intéressé, particulièrement à cause de son design qui semblait présenter un univers digne de Jules Verne, mêlé à un imaginaire steampunk.

Affiche1.14.jpg



























Franchement aguicheur, non ?!

 

Donc le 14 mai 2014, le jour de sa sortie, je suis allé à nouveau chez Funambules et j’ai feuilleté cet ouvrage dans un format assez particulier (format journal, donc 41,8 cm x 29,2 cm) mais vraiment sympa et original.

Qui plus est, chaque numéro de 24 pages est à 2,95€ soit au final l’œuvre complète pour moins de 10€.

Je me suis donc laissé tenter par ce premier numéro, intitulé Le Secret de l'Ether.

L’impression laissée par l’affiche se retrouve bien dans ce premier numéro : de l’aventure, de la technologie, de la science, des scaphandres rétro-futuristes mais aussi un petit côté poétique qui fait penser à certaines marottes de Miyazaki, notamment le vol et l’aéronautique.

L’histoire, qui se déroule en 1868, est très vite prenante, et on découvre à la fin de ce premier numéro que l’intrigue et ses mystères ne font que commencer (je n’en dirais pas plus pour laisser le plaisir de la découverte).

J’ai vraiment beaucoup aimé ce Secret de l’Ether et le découpage en 3 tomes me plait bien, surtout que le format journal apporte un plus et qu’au final il n’entraine pas de surcoût.

Par contre, c’est vrai qu’on peut trouver un côté frustrant quand on arrive à la fin du numéro et qu’on n’a qu’une envie, c’est de lire la suite, mais finalement pas plus que dans une série feuilletonnante classique, et je trouve que c’est sympathique cette attente, ça fait monter la pression et durer le plaisir.

Le dessin crayonné et les couleurs à l'aquarelle sont vraiment beaux même s’il n’y a pas d’encrage, ce qui n’est pas vraiment dérangeant, au contraire, même ça change un peu (je ne sais pas si c’est prévu pour la version compilée et cartonnée).

La taille du journal permet d’avoir de belles et grandes planches de BD vraiment agréables et notamment la dernière page, réellement maquettée au format journal qui accentue l’immersion en regroupant des articles relatifs à l’aventure et ses à-côtés, comme une chronique du XIXème siècle.

J’ai cité plusieurs univers et auteurs de référence depuis le début de l’article, mais cela ne m’a pas forcément envie de me replonger dans les œuvres particulièrement, mais plutôt de regarder une nouvelle fois Steamboy de Katsuhiro Otomo auquel cela m’a beaucoup fait penser, sur le fond, comme sur la forme.

En tout cas, vivement la suite de l’histoire avec Les Chevaliers de l'Ether et Les Conquérants de l'Ether.


 

Plus d’infos sur :

Le blog d’Alex Alice

La page Facebook du projet