Le titre légèrement pompeux du bouquin n'est bien sûr pas à prendre au premier degré puisque nos deux compères passent leur temps à soulever des problèmes et apporter leur vision des choses selon leur expérience ou leurs convictions sans réellement apporter de réponse définitive, péremptoire, en toute humilité devant la complexité des situations et des contextes.

En tout cas, je ne l'ai pas vu comme un propos moralisateur, mais plutôt comme les interrogations d'hommes mûrs en proie à la difficulté de transmettre à leurs enfants les valeurs qui leur semblent élémentaires, sans pour autant tomber dans le piège du formatage.

En tant que jeune père, ça me parle pas mal et même si je ne partage pas toujours leurs opinions, les questions qu'ils soulèvent m'intéressent. Et souvent, ils présentent des évidences mais qu'il n'est finalement pas inutile de rappeler.

Cela étant, et c'est ce qui pourrait leur être reproché (j'ai lu plusieurs commentaires dans ce sens), leur vie et la mienne sont quand même assez éloignées et certaines méthodes ou philosophies de vie qu'ils présentent ne sont absolument pas applicables pour la plupart de leur contemporains. Mais en fait, ça n'est pas vraiment un problème car c'est le questionnement et surtout la réflexion qui importent plus que la solution finalement qui dépend de chacun selon sa sensibilité, sa disponibilité, ses finances. 

Ce livre est d'ailleurs l'occasion de démontrer, s'il le fallait, que ces deux là n'en manquent pas, de réflexion, ni de culture.

Le livre se termine par une correspondance épistolaire entre Alexandre Astier et François Rollin très drôle qui démontre bien que malgré le sérieux avec lequel ils ont échangé sur des sujets eux-mêmes sérieux, ils le font sans trop se prendre au sérieux.

J'ai donc trouvé ce livre très intéressant à lire (malgré quelques répétitions) et je pense que ce qu'il faut retenir du titre, c'est plutôt son sous-titre: "Entretien libre sur la transmission entre générations" qui reflète plus son contenu.