En effet, pendant 10 jours, du 6 au 16 juin 2013 et de midi à minuit, la capitale de Haute-Normandie devient également capitale de la mer et reçoit en son sein une cinquantaine de navires: trois-mats géants, petits bateaux, navires de guerre, voire des Objets Flottants Non Identifiés pour La Grande Pagaille dès le 5 juin.

 

Depuis plusieurs mois, lorsqu'on parlait de Rouen, ça n'était pas forcément pour des sujets glorieux: l'incendie du pont Mathilde et les gros problèmes de circulation en résultant ou encore la fuite de gaz à l'usine Lubrizol qui n'a pas exporté vers les régions alentours les meilleurs fumets du terroir normand. 

Mais à cette occasion, Rouen va se retrouver au centre de toutes les attentions dans un contexte beaucoup plus avantageux.

 

Créées en 1989 à l'occasion du bicentenaire de la révolution française, "Les Voiles de la liberté" - devenues depuis "l'Armada" - ont tout de suite été un succès connaissant une affluence sans cesse grandissante lors des différentes éditions qui se sont succédées en 1994, 1999, 2003 et 2008.

En 2013, pour la première fois, cette manifestation se déroule hors vacances scolaires; espérons que cela ne change rien à ce qui s'apparente jusqu'à présent comme une réussite.

 

Haut-Normand d'origine et désormais résident de l'agglomération rouennaise, j'ai pu participer à toutes les éditions et je me souviens avoir été émerveillé du haut de mes 10 ans lorsque je fus confronté pour la première fois à ces géants des mers, réunis pour l'occasion le long des 7 km de quais.

Que l'on soit ou non animé par la passion de la voile et de la navigation (ce qui n'est pas vraiment mon cas), une atmosphère festive et bon enfant se dégage de ces rassemblements, agrémentée par l'aspect exotique des origines et destinations des bateaux et de leurs équipages.

Peut-être est-ce l'héritage de nos ancêtres explorateurs ou bien l'enfant qui continue de vivre en nous, toujours est-il que ces forteresses flottantes, comme les navires les plus modestes, sont porteurs d'histoires, de rêves, d'aventures réelles ou fantasmées qui les accompagnent de ports en ports et qui en font tout l'attrait.

Le mélange des cultures peut même parfois aller jusqu'à  se concrétiser par un mariage, comme c'est le cas pour Kelly et Benito suite à leur rencontre lors de l'Armada 2008, faisant ainsi perdurer cet imaginaire.

 

Chaque soir les visiteurs pourront profiter gratuitement des concerts de plusieurs artistes suivis d’un feu d’artifice tiré au-dessus de la Seine et des navires. Ce sera donc l’occasion de venir applaudir Nolwenn Leroy, Mika ou encore Madness, pour ne citer qu'eux, dans une programmation musicale assez éclectique pour satisfaire le plus grand nombre. 

 

Ainsi, les 5 et 6 juin à 21h, les portes fluviales de Rouen se sont ouvertes lors de la levée du Pont Flaubert, permettant le passage des bateaux sous son tablier, avant de larguer les amarres et sonner le début des festivités.

Photo www.76actu.fr

 

Si toutefois l'horizon obstrué par les voiles, le flot des visiteurs, l'écoute des concerts quotidiens, les animations diverses et variées finissaient par vous lasser, il est bien entendu toujours possible, voire recommandé, de s'éloigner quelque peu des quais de Seine, pour aller dériver dans la ville et admirer ses monuments, ses rues, ses maisons typiques à l'architecture si particulière ou encore ses musées. 

Et pourquoi ne pas en profiter pour venir découvrir le festival Normandie Impressionniste 2013 ou être ébahi par le spectacle sons et lumières qui se déroule sur la façade de la cathédrale tous les soirs à la nuit tombée.

 

En revanche, bien évidemment, cette période ne sera pas le paradis des automobilistes et il est conseillé pour l'occasion de ne pas chercher à se garer au plus près de la manifestation mais plutôt de stationner aux entrées de la ville et d'utiliser les transports en communs, évitant par là énervement, contrariété, perte de temps, endommagement potentiel de véhicules, et gêne pour les habitants pour qui le quotidien continue (presque) comme si de rien n'était durant ces dix jours.

armada

Photo www.grand-rouen.com 


Et pour terminer sur un bouquet final, la manifestation s'échèvera le 16 juin par la Grande Parade qui verra tous les bateaux redescendre les boucles de la Seine, occasion pour tous de pouvoir admirer ces navires et leur équipage une dernière fois... pour cette édition.




Pour plus d'information, il y a bien entendu le site de l'Armada ou celui de l'Office du Tourisme de Rouen Vallée de Seine Normandie


Alors, hissez haut et souquez les artémuzes! L’Armada 2013, c'est parti!