Ce duo est constitué de David assurant les parties de basse, et machines (utilisation de samples) et d’Amandine  pour le chant et la guitare ; les deux musiciens se chargeant tour à tour les parties de batterie et de clavier.

ANA_Presse_2008.jpg













J’ai du mal à classer la musique d’Anã, mais je la rapprocherai du trip-hop, auquel j’ajouterai les adjectifs mélancolique et minimaliste.

Aña, c’est surtout une atmosphère, parfois lourde et torturée. On entre dedans ou on y reste hermétique mais ça n’est pas de la variété easy listening. Ils cherchent avant tout à faire la musique qui leur plait.

Le groupe assure lui-même ses enregistrements et ses mixages, et là, pas grand-chose à dire, c’est propre, très propre.

J’ai une préférence pour les chansons en anglais, qui correspond plus, pour mon oreille, à l’univers du groupe.

 

Au niveau scénique, le groupe commence à avoir une expérience certaine, notamment grâce à la participation à des festivals ou des premières parties  qui lui ont permis de côtoyer des artistes reconnus (Emily Loizeau, Zenzile, Franck Black, Miossec, Nosfell, etc…).

C’est d’ailleurs sur scène que la musique d’Aña prend son ampleur, car la complicité musicale de David et Amandine, passant d’un instrument à l’autre en permanence, donne au concert une toute autre couleur que ce qu’on peut entendre sur l’album : la musique prend vie en même temps que les deux musiciens s’affairent sur leurs instruments.

 

Pour retrouver Aña :

La page MySpace du groupe

La page Facebook du groupe

Les deux premiers albums sont disponibles sur iTunes : [en attendant]  et  « que le temps passe… »

5 titres du dernier album sur SoundCloud et l’album est disponible chez Cultura